FIGURART Art et figuration

Bienvenue sur le site du peintre Bernard Domange

 

8


 

Composition n°8

Iris graminée; Citron

Tableaux à l'huile, 61x46cm

 (english version below)

Travail pictural basé sur l’incidence subjective dans la représentation, la refiguration de réalités visuelles naturalistes apparemment objectives ; d’où un aller-retour incessant entre science et art, entre savoir mathématique ou biologique et émotion esthétique.

... Et peut-être, sans paraître trop prétentieux, essai de retrouver dans la peinture, le lien perceptif perdu entre l’individu et le monde qui lui semble en miroir alors que les deux ne font qu’une réalité : Nature, d’ailleurs jamais disséquée dans un but analytique, mais re-présentée dans une semi-globalité, cherchant ainsi à restituer les relations au sein même du vivant et entre le vivant et la pensée.

 

Présentation :

Né en 1953 à Chaumont/Aire (Meuse)

Études d’Arts plastiques à l’UER d’Aix Marseille de 1971 à 1975

Enseignant à  Lons/Pau (64) jusqu’en 2011

 

Travaille dans deux grandes directions :

      - Approche naturaliste et esthétique de la flore et de la faune de France

      - Association : géométrie/mathématiques et expression/figuration

 

Techniques :

      Huile sur toile ou bois et acrylique sur bristol pour petits formats

 

Principales expositions et activités :

     - Du 29 octobre au 3 novembre 1991 : 7ième Festival International Ornithologique de Ménigoute (79)

     - Novembre 1992 : 2ième Salon « Arts et Nature » d’Orléans et de la Région Centre

     - Du 27 octobre au 1er novembre 1995 : 11ième Festival International de Ménigoute (79)

     - Janvier 1996 : Rétrospective organisée à Pau

     - Mars 1996 : 23ième Colloque Francophone d’Ornithologie (Muséum National d’Histoire Naturelle) Paris

     - Août 1996 : Exposition personnelle au Château de Laas (64)

     - Novembre 1996 : Grande Galerie du Muséum  National d’Histoire  Naturelle à Paris

     - Avril 1996 à avril 1997 : Illustration d’une flore pyrénéenne

     - 1998 à 2008 : 2 séries de tableaux : les familles de plantes et d’oiseaux (17 tableaux) et l’alphabet naturaliste

     - depuis 2008 : 2 séries de tableaux : les « figures » géométriques (49 tableaux)* et la « Nature au plus près… » (85 tableaux)*  (*au 01/09/2016)

     - 2001 et 2012 : Expositions à la Galerie Thuillier (Paris)

     - Du 1er au 14 Février : Exposition "Prix du Jury 2013" et  1er Prix du Jury de la Galerie Thuillier, Paris, Quartier du Marais

     - Du 26 avril au 09 Mai 2013 : Exposition à la galerie Thuillier (Paris)

     - Du 1er au 30 Septembre 2013 : Exposition à la galerie Talbot (Montpellier) www.galerietalbot.com

    -  Du 29 octobre  au 3 novembre2013 : Exposition au Musée  Préfectoral et des Beaux-Arts d'Okinawa (Japon)

              - Diplôme d'honneur 

             - 2ième Prix spécial de Mme Iwasaki  (Consule honoraire de France à Okinawa),

             - 2ième Prix du public)

    -  Du 14 au 27 février 2014: Exposition pour le  Prix de la Presse à la galerie Thuillier (Paris 3ième) www.galeriethuillier.com

    - 2015 ... l'Ours s'est replié dans sa caverne pour mieux se consacrer à sa  peinture

Mise en garde:

 Amis visiteurs, ayez le respect du travail réalisé et de la gratuité ainsi proposée. La reproduction et la diffusion des documents publiés ne sont pas autorisées pour un usage collectif ou commercial sans l'accord de leur auteur.

Warning:

 All rights reserved. Dear Visitors, please be respectfully for the work carried out and its free presentation in this blog. Remember that any kind of reproduction and/or broadcasting for any use is forbidden without the author's agreement.

 

Bernard Domange

Painter of nature

« Art & Figuration »

 

Presentation:

Born on February 8, 1953 in the town of Chaumont-sur-Aire (French department of Meuse, region of Lorraine, in the north-east of France)

Fine arts studies at Aix Marseille University (France) from 1971 to 1975

Teacher in Lons and Pau (south-west of France) until 2011

Working in two main directions:

- Naturalistic and aesthetic approach to the French flora and fauna

- Association between geometry/mathematics and expression/figuration

Painting techniques:

- Oil on canvas or wood and acrylic on Bristol paper for small format pictures

Pictorial work based on the subjective intervention in the representation, the“refiguration” of the apparently objective naturalistic visual realities.

That leads to an incessant round trip between science and art, between mathematical or biological knowledge and aesthetic emotion.

And even if I may appear pretentious saying this, a try to recover in the painting the lost perceptive link between the individual and the world which

seems a mirror for him, while the two are indistinguishably one reality:

Nature, which besides is never dissected in an analytical goal but represented as a whole, thus seeking to reproduce the relationship within all

living things and between living thing and thought.

Main exhibitions and activities:

Oct 29 – Nov 3, 1991: 7th International Ornithological Film Festival in Ménigoute (France)

November 1992: 2nd « Arts and Nature » Exhibition in Orléans (France)

Oct 27 – Nov 1, 1995: 11th International Ornithological Film Festival in Ménigoute (France)

January 1996: Retrospective organized in Pau (France)

March 1996: 23rd Francophone Ornithological Conference (Museum National d’Histoire Naturelle, Paris)

August 1996: Personal exhibition at the Château de Laas (south-west of France)

November 1996: Exhibition in the main Gallery of the Museum National d’Histoire Naturelle, Paris

April 1996 - April 1997: Illustration of a Pyrenean flora

1998-2008: 2 sets of paintings: Plants and Birds Families (17 paintings) & the Naturalistic Alphabet

Since 2008: 2 sets of paintings: Geometrical « Figures » (49 paintings)* & « Nature au plus près… »

(“Nature as close as possible…”, 85 paintings)*  (*as of September 09, 2016)

2001 et 2012: Exhibitions at the Galerie Thuillier (Paris)

Feb 1-14, 2013: Exhibition "Prix du Jury 2013" (Jury’s Prize 2013) and 1er Prix du Jury (1st Jury’s Prize) of the Galerie Thuillier, (Paris)

April 26 -May 9, 2013: Exhibition at the Galerie Thuillier (Paris)

Sept 3-14, 2013: Exhibition at the Galerie Talbot (Montpellier, France) http://www.galerietalbot.com

Oct 29 - Nov 3, 2013: 5th French-Japanese Fine Arts Festival, Okinawa Prefectural Museum and Art Museum of Naha (www.galeriethuillier.com)

 (Diploma of Honour; Mrs Iwasaki's 2nd Special Prize, Honourary Consul of France in Okinawa)

Feb 14 - Feb 27, 2014: Exhibition for the Press Prize at the Galerie Thuillier (Paris)

2015 : The Bear is back in his cave to better devote himself to painting !

 


24 mars 2017

Planche 66

Planche champignon 66

Planches naturalistes (acrylique sur bristol, < 21 x 29,7 cm)

TRICHOLOMATACEES

de gauche à droite:

n° 138: Tricholome des peupliers ( Tricholoma populinum):  poussant dans les lieux herbus, sous peupliers ou saules, en été et automne; souvent cespiteux; chapeau marron feutré, lames crème tachées de rosâtre; pied blanc ochracé assez robuste; considéré comme comestible, mais personnellement jamais testé, attention à la ressemblance avec d'autres tricholomes à chapeau marron et à comestibilité douteuse; H.: ->12 cm

n° 139: Tricholome vergeté (Tricholoma virgatum): peu de tricholomes sont  vraiment toxiques, celui-ci, avec le Tricholome de Josserand à chapeau plus feutré, en font partie; Le chapeau est gris vergeté, les lames sont plutôt grisâtres, le pied blanchâtre rarement flexueux, contrairement au T. de Josserand; champignon de fin de saison poussant sous feuillus et conifères en montagne. H.: -> 10 cm;

 

( nous offrant son magnifique revers, le Grand Sylvain ou Nymphale du peuplier, absent des régions Ouest, très rare dans le grand Est, bref, un moment à mémoriser si la rencontre se produit !)

 

Pour retrouver d'autres documents sur les champignons, se rendre dans la catégorie du même nom ou dans la catégorie " Récapitulatifs" partie : "champignons".

                                                          ____________________________________________________________

Posté par B_Domange à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20 mars 2017

Carré-bota C.31 & C.32

carré-bota C

caractéristiques techniques: voir catégorie concernée

LECTURE: les tribus, genres ou noms vernaculaires usités sont en relation avec les dessins présentés dans le sens des aiguilles d'une montre en partant du haut à gauche.

C.31. CORYLACEES :                                                         famille du noisetier

       - Noisetier

       - Charme

                                                                        ______________________________________________

 

carré-bota C

 

C.32. CRASSULACEES                                            famille de l'orpin

       - Orpin

       - Ombilic (Nombril de Vénus)

       - Joubarbe

                                                    ___________________________________________________________________

16 mars 2017

Carré intime 73 / Informer ? (1) / comment se prendre la tête...

carré intime 76 vers le dodécaèdre

vers le dodécaèdre...

 

Cherchez la différence:

16/03/2017: 

 - Propos tenu par Cécile Duflot: " Eh bien, au 2° tour , je voterai pour n'importe qui face à Marine Le Pen."

 -  Titre sorti par "20 minuntes" le même jour: "Cécile Duflot votera Macron si Le Pen est au 2° tour."

 

Pour se retrouver dans tous ces carrés, se rendre dans la catégorie " Récapitulatifs " rubrique " carrés intimes"

                                                          _____________________________________________________________

 

Carré intime 72 / phi / 18 mars, marche pour la 6° République /comment se prendre la tête...

Phi

                                                   (ɸ , nombre d'or ,  ici, très souvent utilisé dans mes compositions de géométrie figurée)

                                                                        

façon  "Oscar Reutersvärd"

impossible ? non, insoumis...

 

 

phi

 

 18 mars:  Marche pour la 6° République

Peut-être enfin l'occasion de tourner la page de cette 5° République, en assistance respiratoire, dont l'ultime rendez-vous, l'élection du Président de la République, oscille entre:

 un spectacle croquignolesque alimenté par des  ralliements, défections, promesses, trahisons, parjures et affaires judiciaires sans cesse renouvelés.

 et une incitation, euphémisme !, une injonction à voter "utile",dès le premier tour, afin de présenter un candidat suffisamment consensuel pour affronter  " l'épouvantail" Marine le Pen au second.

 En matière de consensus, Emmanuel Macron en connait un rayon. Il possède (à son insu ?) en effet une solide capacité à rassembler. Sans vouloir entrer dans des détails, retrouver, par exemple, dans sa liste de soutien, (une quasi auberge espagnole), l'ultra libéral Alain Madelin et le communiste (?) Patrick Braouzec relève de l'arnaque politique ou de la déliquescence de la pensée politique.

 L'ennui avec la démocratie ou avec la politique, c'est qu'elles prennent appui toutes deux sur la quantité, la majorité. Et malheureusement, le grand nombre trouve rarement écho avec la qualité et l'humanisme. La fin ne justifiant nullement les moyens, ces dernières, oeuvrant uniquement vers la quête de ce graal quantitatif, empruntent davantage à la prestidigitation et à l'entourloupe qu' à la clarification éducative et à l'adhésion.

 Qu'un très grand nombre de citoyens et en particulier de jeunes, s'impliquent dans cette marche a nécessairement une importance de premier ordre. Mais la qualité première de celle-ci réside dans son existence propre qui montre qu'une autre pensée socio-politique, pertinente et réaliste existe, contrairement à ce que la doxa dominante voudrait nous faire croire, et que même, actuellement minoritaire, sous-médiatisée, voire ridiculisée, elle fera entendre sa voix.

Une marche ni du haut, ni du bas,  pour contredire (si c'est possible !) Victor Hugo*: "En haut, le monde qui marche; en bas, le monde sur qui l'on marche."

(* in "L'homme qui rit" )

Pour se retrouver dans tous ces carrés, se rendre dans la catégorie " Récapitulatifs " rubrique " carrés intimes"

                                                                   ________________________________________________________


14 mars 2017

C ...

Alphabet C quart

Huile sur bois ; 61 X 46 cm

 

C comme ...

                                                             ______________________________________________________

 

Posté par B_Domange à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

11 mars 2017

Flore des Pyrénées

Flore des Pyrénées 14 bis

Planche 14 (acrylique sur bristol; < 21 x 29,7 cm)

de gauche à droite:

n°18: Pédiculaire des Pyrénées ( Pedicularis pyrenaïca ):petite pédiculaire (-> 20 cm), semblable à la Pédiculaire rose ( P. rosea) mais dont la corolle possède un bec allongé et une tige allongée peu feuillée; les feuilles sont disposées en rosette basale; floraison estivale; sur pelouse rocailleuse, à partir de l'étage montagnard; indifférente à la nature du substrat; endémique pyrénéenne. (Orobanchacées, ex Scrophulariacées)

n°19: Pédiculaire mixte (Pedicularis):autre petite pédiculaire, proche de la précédente; corolle généralement plus carminée et inflorescence davantage étagée floraison estivale;sur pelouses nettement plus humides, argileuses, marécageuses; endémique pyrénéenne. (Orobanchacées)           

                                                              _________________________________________________

voir également: http://bdomange.canalblog.com/archives/2015/09/13/32616753.html

 et :  http://bdomange.canalblog.com/archives/2016/11/01/34478450.html et : http://bdomange.canalblog.com/archives/2016/07/14/34082886.html

 

pour d'autres références sur la flore des Pyrénées, se rendre dans la catégorie: " Récapitulatifs " puis " Flore des Pyrénées".

                                                             __________________________________________________

07 mars 2017

Carré intime 71 / Art et société / comment se prendre la tête...

carré intime 74 vers l'icosaèdre

vers l'icosaèdre (2)

 

Trois constats pour rebondir sur un excellent article de Tony Andreani : «  L’énigme de l’art », réflexion autour du livre d’Yvon Quiniou (« L’art et la vie », le temps des cerises 2015), extrait du blog de Denis Collin (23/12/2015) :

voir également : http://bdomange.canalblog.com/archives/2016/05/26/33853645.html

 

- Le monde contemporain ne s’intéresse plus à l’art. L’art, considéré comme (L’) expression du beau, n’existe pratiquement plus. Evidemment, les musées sont toujours visités et les rétrospectives, savamment agencées, programmées et renouvelées dans le temps, attirent  un nombre considérable de visiteurs : c’est d’ailleurs, comme pour toute marchandise ou comme pour tout spectacle, sur ce seul critère que sont jugés le talent de  l’artiste ou la valeur de la production. Le chiffre  fait la qualité. Les mots « art » et « beau » ont notablement déserté  nos vocabulaires usuels, « culture »  remplaçant le premier, le second se déclinant en «  magnifique, admirable, remarquable, génial, cool ... », évacuant ainsi le rapport au beau, par trop subjectif et ringard.

 [...] « Ce déclin ou cet oubli de la beauté s’inscrit à l’évidence dans la marchandisation du monde. La marchandisation, c’est le règne de l’utile tarifé. Mais, comme l’utile ne fait pas assez vendre, sauf (et encore…) quand il s’agit de ciment, de briques ou de chaudières, les marchands ont utilisé une parodie de l’art, l’ont en quelque sorte prostitué : c’est la publicité, qui joue de façon primaire sur les phantasmes, et qui va même jusqu’à piller les œuvres d’art. C’est l’une des astuces du marketing que d’associer aux objets des connotations artistiques. Un journaliste impertinent faisait remarquer que la musique d’ambiance dans les rayons des grands magasins est une arme secrète du commerçant. Par exemple la musique classique est associée à des produits haut de gamme, même s’il s’agit de pâtées pour chat. Ou encore : «chaque fois que vous ferez vos courses au supermarché, ne vous étonnez pas d’entendre une ambiance de cascade sur un air de Brahms : vous serez au rayons des couches- culottes » )  [...]

[...] Le monde post-moderne est un monde pressé. Il faut produire, vendre et acheter vite, et le reste n’est que délassement, divertissement au sens pascalien du terme. L’œuvre d’art, avec ce qu’elle suppose de suspension du temps et de contemplation, d’épreuve du goût, n’y a plus sa place. Le monde actuel maudit les artistes, qui lui font perdre son temps. Il lui préfère l’évènementiel, le toujours nouveau, il programme l’obsolescence de l’ancien. Il aime les jeux vidéo, parce que le jeu absorbe toute l’énergie ailleurs contenue. Je ne voudrais pas m’étendre davantage, mais je crois pouvoir dire que, dans ce monde « sans cœur », il ne reste plus aux moins cultivés, quand ils ne supportent plus sa banalité et la pauvreté du quotidien, que la religion. Osons le dire, la mort de l’art fait le lit du religieux, un religieux qui fuit autant le mercantilisme que la jouissance sensible, parce que celle-ci a été trop dénaturée par lui. »  Toni Andreani

- Le monde contemporain n’apprécie pas les émotions qui n’aboutissent pas à des consommations. L’approche des œuvres d’art s’épanouit dans la contemplation, le temps long, et pour tout un chacun qui, heureusement, ne peut accéder à la possession matérielle de celles-ci, apporte un bonheur, une jouissance qui est de l’ordre de l’intime et du gratuit, un plaisir lié à  l’être et non un ravissement attaché à l’avoir, un bonheur à portée de l’esprit et non à portée de la main.

 [...] « C’est aussi une façon de nous détourner de l’idée de la mort, qui pourrait nous conduire à relativiser la valeur des possessions. Or ce n’est pas du tout ce que fait l’œuvre d’art. Dans un très beau développement, Quiniou (qui écrit très bien), nous explique comment la satisfaction esthétique, au lieu de nous faire oublier la perspective de la mort, ne nous procure qu’un répit et un moyen de consolation. Un répit, car le temps de la contemplation est celui d’un moment d’éternité (la suspension, la parenthèse dans la fuite en avant). Un moyen de consolation car elle nous ouvre sur la permanence de ces œuvres qui traversent les siècles et qui nous émeuvent encore. Et bienheureux celui qui peut laisser une telle trace.» Toni Andreani

-Le monde contemporain n’aime pas l’infinie patience du travail de la main qui fait la belle œuvre. La  mise en « forme » est affaire de logiciels et de machines. Le pinceau n’est plus de mise, la main qui l’épousait prolongeant l’esprit n’est plus au goût du jour. Un doigt ou deux suffisent pour accéder au clavier, l’acte technique est rapide, modulable,  très performant, directement transférable au plus grand nombre et au monde de l’argent.

Peindre comme je le fais, en  travaillant (avec plaisir !) plus de 120 heures à la réalisation d’un tableau à l’huile n’a aucun sens dans ce monde contemporain, et surtout n’a aucune valeur marchande. Le travail minutieusement révélé par une main expérimentée (vu mon âge, je me l’accorde !) et le temps, dépensé sans compter, ne sont pas actuellement des critères positifs  mais bien plutôt des handicaps, des tares, des critères de non-compétitivité.

Mais ma peinture n’a peut-être aucun rapport avec l’art... juste quelques traces visuelles que Dame Nature a bien voulu me révéler et que je m’ingénie à exprimer.

 [...] Il me reste à nommer, de son propre nom, l’organisateur de ce monde contemporain. C’est, on l’aura compris, le capitalisme absolu, celui qui aspire à faire fructifier à l’échelle la plus large possible et dans tous les domaines possibles, l’argent de la thésaurisation et de la spéculation. Toni Andreani

                                                                 ______________________________________________________

Pour se retrouver dans tous ces carrés, se rendre dans la catégorie " Récapitulatifs " rubrique " carrés intimes"

                                                                _______________________________________________________

04 mars 2017

L'hiver se termine

Planche nat

Acrylique sur bristol (< 21 x 29,7 cm)

- Tarin des aulnes (mâle) ( Carduelis spinus ou Spinus spinus)  espèce erratique dans nos régions, le plus souvent montagnarde, nichant dans les forêts bien pourvues en conifères; petit cousin du Chardonneret (voir: http://bdomange.canalblog.com/archives/2012/12/19/26965115.html ) bien typé avec son grand sourcil jaune et une bande alaire et un croupion jaune vif, la poitrine jaune pâle souvent striée de sombre; la femelle n'a pas de calotte noire, paraît moins contrastée avec également une poitrine davantage gris blanchâtre elle nettement striée; en hiver, fréquente volontiers les mangeoires; espèce en déclin;

- Perce-neige (voir: http://bdomange.canalblog.com/archives/2013/05/08/27108915.html et http://bdomange.canalblog.com/archives/2016/03/26/33567414.html ): la Galanthe des neiges fleurit dès février à l'étage collinéen, en mars-avril à plus haute altitude; fréquente les lisières de hêtraies et de chênaies; souvent présente dans des anciens jardins.

- Stellaire intermédiaire, Mouron des oiseaux, Morgeline (Stellaria media): petite caryophyllacée nitrophile très commune, à floraison longue (presque toute l'année) fréquentant les abords de maisons, les bords de chemins fréquentés par le bétail.

...émergeant de la neige: Leucobryum glaucum ( Coussinet des bois), bryophyte courante et couvrante (!) dans les forêts de feuillus sur substrat acide.

                                                                  _______________________________________________________

Pour  voir d'autres planches, se rendre dans: " Récapitulatifs" puis " Planches naturalistes".

                                                                  _______________________________________________________

01 mars 2017

Bleu azur ?

37

 Composition n°37  (Huile sur bois;  61 x 46 cm)

- Gentiane printanière:  voir texte et autre représentation: http://bdomange.canalblog.com/archives/2015/02/06/31475836.html

- Azuré d'Escher ( Azuré de l'Adragant) ( Polyommatus escheri): petit azuré méridional et estival (mai à août) fréquentant les pelouses assez sèches et les lisières de bois clairs et bien exposés; Alpes (surtout du Sud), Pyrénées (jusqu'à 2400m) , Corbières et Cévennes; la femelle est brune à bordure orangée; le revers est caractérisée par des lunules orangées, des points noirs bien marqués et un petit triangle blanc adossé aux lunules centrales des ailes postérieures; la chenille se nourrit sur les astragales.

                                                      _________________________________________________________________

Pour des renseignements et des documents complémentaires concernant plantes et papillons (" La nature au plus près "), se rendre dans la catégorie : " Récapitulatifs".

                                                      _________________________________________________________________