carré intime 96

" La liberté, ce n'est pas de se dire que je vais toucher les allocations chômage pour partir 2 ans en vacances." (Christophe Castaner, BFMTV du 16/10)

Continuons: si la liberté ce n'est pas ... , la liberté, c'est donc de se dire que je ne vais pas toucher les allocations chômage donc accepter n'importe quel travail à n'importe quelle condition pour un salaire misérable, histoire de survivre (mais libre, pas assisté !), .. et de ne pas pouvoir me payer de vacances...

Cette nouvelle "sortie" d'un membre de la nébuleuse néolibérale qui nous dirige n'est pas originale en soi, si ce n'est le ton employé toujours plus méprisant envers les exclus de la "réussite" , l'argumentation toujours plus médiocre, ce qui est nouveau c'est plutôt la fréquence avec laquelle ces "leçons de morale sociale" sont diffusées, comme si ces grands sages avaient besoin d'une piqûre de rappel journalière pour consolider leurs certitudes et dissiper leurs éventuelles et passagères défiances.

Sans transition, quoique...

En cette époque où les médias nous rapportent des cas de harcellements sexuels en focalisant l'indignation et l'écoeurement sur la perversité des prédateurs, en omettant de noter que dans toute violence humaine*, sexuelle ou autre, il se trouve toujours des rapports de pouvoir: le prédateur ne pratique sa prédation au dépens de sa proie que parce que lui a le pouvoir  qui fait défaut à sa victime, et que si tout acte de violence faite aux femmes et aux enfants doit être inlassablement banni, il serait peut-être aussi judicieux d'affirmer qu'une société qui ne vit que sur le pouvoir de l'argent, et sur tous les autres pouvoirs induits, qui stigmatise les pauvres, les exclus du système, porte en elle une violence qui ne dit pas son nom (les femmes en sont certainement les premières victimes) et qui ne présage rien de bon quant à de futurs rapports quelque peu harmonieux entre tous.

Sans transition, quoique... il existe quand même des intellectuels qui ne sont ni des fainéants, ni des pauvres ... jaloux,** ni des "fouteurs de bordel" , simplement des Insoumis qui n'adhèrent pas du tout à vos projets néolibéraux et il est toujours intéressant de les lire ou de les écouter:

"Malheur à qui remet en cause le modèle allemand sans cesse vanté, alors qu’il ne construit la compétitivité et l’embauche que sur la dévastation des droits sociaux, la précarisation des ouvriers et des employés, le creusement vertigineux des écarts de revenus. Triste exemplarité. L’internationalisme a bon dos. Sa version capitaliste mondialisée nous offre le spectacle d’un scandaleux paradoxe : la juxtaposition de l’opulence et de nouvelles formes de misère." (Henri Pena-Ruiz philosophe, écrivain , Cyril Barde professeur de lettres en classes préparatoires, in Libération  17/10/2017)

 

* Je ne parle pas de la prédation au sens zoologique, celle-ci est amplement dominée par la recherche de nourriture et j''aimerais espérer que le cerveau humain puisse  transcender son animalité quand celle-ci se manifeste dans la cruauté.

** Il y aurait beaucoup à dire sur l'emploi de cet adjectif par des nantis qui ne sont pas jaloux des pauvres!

Pour se retrouver dans tous ces carrés, se rendre dans la catégorie " Récapitulatifs " rubrique " carrés intimes"